Association des Sentinelles

 ÉTÉ 2016

 

 IMPORTANTE ACTIVITÉ sur le site

de la FORET PATIN et du Bois des TREMBLES  été 2016

 pageAcceuil5

- de veiller à la préservation du cadre de vie, de l'environnement et du patrimoine naturel, archéologique, touristique de l'Auxois.
- d’interpeller les élus et les services de l'État lorsque des projets risquent de mettre en péril la qualité de vie et la cohérence du territoire.
- d'informer les habitants de ces projets.

Les "Sentinelles de l'Auxois" souhaitent notamment faire la lumière sur le projet de création sur le territoire des communes de Villy-en-Auxois et de Villeberny, d’un circuit auto/moto de plus de  4km de long, soit plus grand que celui de Prenois !

<<Les Sentinelles de l'Auxois>>

se mobilisent contre ce projet privé de circuit automobile"

2016 en Mémoire de 2006

Les adhérents ont mis en avant les préjudices de tous ordres liés à ce projet.

- En pleine ZONE "NATURA 2000", il est important de préciser que ce projet impacte directement un secteur protégé pour les chiroptères (chauve souris) et des lieux pour la nidification et la reproduction du "Milan Royal" (20 jeunes bagués depuis 4 ans).D'autres espèces rares sont également menacées. 

- Situé sur une hauteur entre les vallées de l'Oze et de l'Ozerain, le tracé envisagé domine les villages de Villeberny, Jailly-les-Moulins, Boux-sous-Salmaise, Salmaise, Verrey-sous-Salmaise, Villy-en-Auxois, ce qui représente une population de 870 habitants à proximité et 1100 personnes dans un rayon de 5 km qui devront subir les nuisances sonores plus de 200 jours par an.

- Des implantations similaires montrent que les bois n'ont que peu d'effet pour atténuer le bruit. (Cf. les témoignages concernant le circuit de Bresse): Circuit de Bresse

- L'Oze et l'Ozerain, réservoirs biologiques du sous bassin de l'Armançon, sont dans une zone de qualité médiocre des eaux souterraines et superficielles (objectif bon état en 2007!). Les pollutions par l'air et les résidus ne feront que dégrader davantage cet environnement.

- Le bétonnage du site entraînera un dérèglement du cycle de l'eau en tarissant les sources, en augmentant les risques de crue par débordement en cas de fortes pluies et des pollutions par ruissellement depuis les pistes auxquelles s'ajouteront les pluies acides. Autant d'éléments néfastes pour l'agriculture et le respect de la biodiversité.

- L'économie locale tournée vers le tourisme vert, la découverte et la mise en valeur du patrimoine historique et archéologique n'aura plus le soutien des touristes et des résidents secondaires. L'immobilier sera déprécié, les utilisateurs fortunés du circuit iront séjourner loin du bruit dans les hôtels de luxe.

 - Le tracé longera une partie de la voie romaine Sombernon-Alésia, mise en valeur avec des fonds publics, notamment grâce aux investissements (plus de 50 millions d'euros) faits sur l'ensemble du projet <<Alésia>>.

- L'augmentation de la circulation, le passage des semi-remorques dégraderont les routes étroites et sinueuses d'accès déjà en mauvais état. Sans compter les risques pour la sécurité routière et la traversée des villages.

- Ce projet s'inscrit en totale contradiction avec les efforts demandés au niveau mondial en matière d'économie d'énergie, de développement durable et de transition énergétique mis en avant lors de la récente COP21.

- L'association est en relation avec de nombreuses associations environnementales de Bourgogne, de nombreux élus également et des services de l'Etat.

- Une lettre(ouverte) a été envoyée aux politiques (sénateurs, députés, conseillers généraux et régionaux, élus municipaux et de communautés de communes), a été diffusée dans les médias afin d'obtenir leur sentiment sur ce projet: Lettre aux élus 

 

+ de 1260 SIGNATURES

SIGNEZ FAITES SIGNER LA PETITION

SIGNEZ LA PETITION

 

LES SENTINELLES DE L'AUXOIS

à LA FOIRE ÉCOLOGiQUE 2019 de SEMUR en AUXOIS

FoireEcosemur

 Affich3a

 Decret n° 2017-1845
relatif à l'expérimentation territoriale d'un droit de dérogation reconnu au Préfet
voir  dans menu du haut "Enquêtes /Consultations Publiques 

acceuil1

La LOI ELAN

Droit de l'environnement La régression par petites touches

le lien --------> Loi-Elan

 

1janvier2018

 

SOUTIEN AUX ÉLUS ET HABITANTS

 de MEILLY sur ROUVRES 

Informations dans Menu haut BREVES  ↑ ↑

 

 

 

Article de presse du journal

<<Le Chatillonnais & l'Auxois>>

   

 

 

Yolaine de COURSON

Députée de la 4e circonscription de la Côte-d'Or
Question N° 343 au Ministère de la transition

écologique et solidaire

Question soumise le 1er août 2017

 Mme Yolaine de Courson alerte M. le ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire, sur le projet de création d'un circuit de course auto-moto sur les communes de Villy-en-Auxois et de Villeberny situés en voisinage du château de Salmaise et du village classé de Flavigny-sur-Ozerain en Côte d'Or. Ce projet, dont la réalisation est prévue en pleine zone Natura 2000 et en bordure de l'ancienne voie romaine Sombernon-Alésia, produirait de nombreuses nuisances irréversibles telles que la pollution des eaux, des nuisances sonores audibles à plus de 5 km, la destruction de la faune, la détérioration de la voie romaine, une pollution chimique, des risques pour la santé des habitants... Alors que les expériences passées dans des situations comparables dans d'autres régions démontrent qu'il est extrêmement difficile de faire démanteler des infrastructures et ce, même lorsqu'un tribunal administratif l'ordonne, elle lui demande quelles actions le ministère et les autorités préfectorales peuvent entreprendre afin de s'assurer que le promoteur ne passe pas outre les autorisations préfectorales et ne commence les travaux de terrassement et de bétonisation.

Réponse émise le 17 octobre 2017

 Un projet tel que la création d'un circuit de course auto-moto est soumis à autorisations dans le cadre de différentes procédures : permis d'aménager, procédure loi sur l'eau, homologation des circuits, évaluation des incidences sur les sites Natura 2000 à tout le moins. Les services de l'État en charge de ces différentes procédures n'ont pas encore été sollicités à ce jour, hormis une demande de défrichement valable 5 ans et prenant fin en août 2014. Lors d'une visite sur la propriété en septembre 2016, les agents assermentés de la direction départementale des territoires de Côte d'Or ont constaté que les travaux de construction d'un tel circuit n'avaient pas débuté. En revanche, le propriétaire a été averti qu'il n'avait plus l'autorisation de défricher, celle-ci étant caduque depuis le 5 août 2014. La direction départementale des territoires de la Côte-d'Or est informée de ce projet et veille à ce que des travaux ne débutent pas avant que les autorisations ne soient accordées.

Question N°343 au Ministère de la Transition écologique et solidaire

haut de page